Voyager responsable

BILAN : Six mois de transition écologique

Transition écologique

Faire des bilans, ça aide à se motiver, à se rendre compte de tout le chemin parcouru, et c’est super important ! Si vous me suivez sur Youtube ou Instagram, vous avez sûrement remarqué que j’ai changé peu à peu mes habitudes, surtout dans la salle de bains, pour me tourner vers un mode de vie plus minimaliste et sain. Aujourd’hui, je voulais revenir sur les changements opérés depuis ces six derniers mois et sur le bilan que j’en fais !

C’est parti !

  • Les cotons démaquillants : cela fait donc 7 mois que je n’ai pas acheté de coton démaquillant et devinez quoi ? Je me suis rendue compte qu’on en avait pas besoin ! DINGUE non ? Oui, désormais je me démaquille le soir avec mes mains, et avec des produits naturels qui remplacent …

 

  • Le démaquillant : Oui oui, je n’utilise plus non plus de démaquillant classique, mais plutôt des huiles végétales. J’ai testé l’huile de coco, de macadamia et de rose, qui m’ont toutes les trois bien convenu. Petit préférence pour l’huile de macadamia quand même ! L’huile de coco est trop grasse et surtout me pique parfois les yeux.

 

  • Les cotons-tiges : j’ai terminé mon paquet de cotons-tiges il y a un mois environ, et depuis, j’utilise un orriculi. C’est une tige en bois ou en bambou, que l’on utile à la place. On le lave à chaque fois, et on peut donc s’en resservir … Ben à vie ! En plus, la sensation est super agréable (attention tout de même à ne pas te l’enfoncer dans l’oreille )

 

  • Le gel douche : En tout simplicité, j’ai décidé d’arrêter d’acheter des flacons en plastique pour mon gel douche, et d’acheter plutôt des savons solides. Il y en a pour tous les types de peau et le rendu est le même. Il est révolu le temps du savon qui t’asséchait la peau, aujourd’hui, les savons sont tout doux et permettent de réduire drastiquement tes déchets, surtout en l’achetant en vrac (ou dans un emballage carton plutôt qu’en plastique).

serviettes lavables

  • Les tampons : ma dernière résolution a consisté à arrêter d’acheter des tampons ou des serviettes jetables pour passer aux serviettes lavables. Car mine de rien, mettre des produits toxiques dans mon vagin et faire une montagne de déchets à cause de ça, ça me tentait de moins en moins. J’en parle plus en détail dans cette vidéo.

  • La brosse à dents : Plutôt que d’acheter une brosse à dents classique en plastique, j’utilise désormais une brosse à dents en bois, qui est biodégradable. Oui parce que, je ne sais pas si vous êtes au courant, mais en France à peine 20% du plastique produit. Donc non, lorsque le camion poubelle passe et vide ta poubelle, le problème est LOIN d’être réglé.

 

  • Les masques visage : Depuis plus de six mois, j’ai arrêté d’acheter des crèmes pour le visage et autres produits “d’entretien”. A la place, j’utilise les mêmes huiles végétales pour hydrater et j’utilise un masque naturel à base de miel et de curcuma pour apaiser et assainir. Pour le gommage, c’est le marc de café mêlé à l’huile de coco qui est un régal !

Transition écologique

C’est tout pour le moment, mais évidemment la transition est loin d’être terminée. Il y a encore quelques choses que j’aimerais mettre en place comme le shampoing et l’après-shampoing, mais ici au Guatemala je ne trouve pas de shampoings solides qui me conviennent.

Bref, je voulais aussi vous montrer qu’il n’y a rien de compliqué là-dedans, qu’y aller petit à petit est une bonne méthode ! Ces changements sont assez simples à mettre en place et ne nécessitent pas d’investissement particulier, bien au contraire :). Alors prenons soin de notre corps et de notre planète en toute simplicité <3 !

2 thoughts on “BILAN : Six mois de transition écologique

  1. Bravo pour ces changements !
    Pour les règles, on peut aussi utiliser une cup.
    Les cotons-tiges sont mauvais pour la santé en plus. Malgré tout, je les utilise toujours par habitude…lorsque je finis ma boite, je me met à l’oriculi ! De toute façon, les cotons-tiges vont bientôt être interdits à la vente en France, on sera tous obligés de trouver une autre solution.

    1. Ah je ne savais pas que ça allait être interdit, mais c’est une bonne chose !
      Oui effectivement la cup est aussi une solution. Après j’ai lu que les cups en silicone ne protègent pas du syndrome du choc toxique donc c’est pour ça que je ne parle pas des protections “intrusives”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *