Ne dites pas à mon père que j’ai fait de l’autostop seule

Récit de Mars 2013

Ah papa, si j’avais su, je t’aurais écouté. Non je plaisante ! Me voilà seule, au bord d’une autoroute peu engageante, il pleut et j’ai froid.

Oui je suis à Szeged, une petite ville du Sud de la Hongrie où j’habite depuis quelques mois, et j’ai décidé de me rendre à Debrecen en autostop seule. Je me suis dit qu’il fallait bien faire du stop seule un jour pour voir ce que ça faisait !

Les premières minutes sont longues et l’appréhension monte rapidement. Les voitures défilent, certains passagers me disent bonjour, d’autres me klaxonnent. Je me dit que ce n’était pas l’idée du siècle car j’ai l’impression que tous les conducteurs sont des meurtriers !

Finalement, un homme s’arrête sur le bas-côté et me fais signe de monter. Il ne va pas à Debrecen mais peut m’avancer de 50KM. C’est à ce moment précis que faire du stop commence : tu dois faire appel à ton instinct le plus primitif, à ton bon-sens et à ton côté pratique en même temps pour prendre une décision. C’est soit prendre ses jambes à son cou et sauter dans un bus ou monter.

Ce mec avait l’air sympathique, franc, et j’ai un excellent karma. Alors allons-y !

autostop seule

Il ne parle pas anglais mais on échange quand même quelques phrases : j’apprends qu’il a quatre filles et qu’il habite à Szeged. Il a une tête de gros nounours finalement !

Il me dépose 50KM plus loin donc, et une bruine commence à tomber : cela rend les gens encore plus gentils et un autre homme à l’allure de camionneur m’embarque dans sa grosse voiture, Pour seulement quelques kilomètres. Il ne parle pas anglais non plus mais je sens que tout va bien.

Finalement, un couple Hongrois m’emmène jusqu’à ma destination finale et nous discutons de leur pays, de leur culture, de leur gastronomie, dans une ambiance conviviale.

Il manquait quelques bières et je me serai cru en road trip avec des potes !

Ça m’a pris environ 4 heures pour effectuer quelques 200 km, et en 4 heures j’ai appris que :

  • Il faut toujours se fier à son instinct
  • Le monde extérieur n’est pas un vaste champ de guerre à la Battle Royale où tout le monde chercherait à te nuire
  • La recette du goulash hongrois

En bref, je te recommande le stop seule, en tous cas en Hongrie, où les habitants sont chaleureux et solidaires 😊 même si ton père pense que c’est une mauvaise idée ! (de toute façon il pensera probablement que tous les pays sont une mauvaise idée à visiter si tu y pars seule)

Ces articles peuvent aussi t’intéresser :

Comments (4)

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils